Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Archives de l'État à Arlon

Texte petit  Texte normal  Texte grand

Contact :

Parc des Expositions, 9
6700 Arlon
  Comment s'y rendre ?

T : +32 (0)63 22 06 13
F : +32 (0)63 22 42 94
archives.arlon@arch.be

Heures d'ouverture :

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
Les 1ers samedis du mois : de 9h à 12h30 et de 13h à 16h (la consultation de documents originaux le samedi se fait uniquement sur réservation, au plus tard le vendredi à 13h.)
En juillet et en août : fermé entre 12h et 13h et le samedi (toute la journée).

Fermé les lundis, dimanches et jours fériés.

  Consultez ici la liste complète des jours de fermeture

Horaire d'été

En juillet et en août, les salles de lecture des Archives de l’État restent ouvertes ! Elles seront néanmoins fermées entre 12h et 13h, excepté au CegeSoma. La salle de lecture du CegeSoma sera fermée chaque vendredi. La salle de lecture des Archives générales du Royaume, à Bruxelles, ouvrira à 9h au lieu de 8h30, du mardi au vendredi. L’horaire normal sera rétabli partout dès le 1er septembre 2017.

09/06/2017 - Gestion d'archives

Fin mars 2017, une modification de la loi organique des services de renseignement et de sécurité a été approuvée. Le nouveau texte législatif comprend plusieurs dispositions relatives aux archives de ces services et prévoit notamment une extension du délai dans lequel la Sûreté de l’État doit transférer ses archives aux Archives de l’État, ce que celles-ci regrettent. D'un point de vue archivistique, ce dossier a néanmoins quelques aspects positifs.

16/05/2017 - Numérisation

Depuis ce 16 mai 2017, quelques 85.000 images numériques du cadastre (1800-1844), couvrant la totalité du territoire belge, sont consultables en ligne. La mise en ligne s'est déroulée en présence du Ministre des Finances et de la Secrétaire d'État à la Politique scientifique. Le premier cadastre, ou cadastre primitif, a été entériné en 1834, à l’exception de celui des provinces du Limbourg et du Luxembourg.

04/05/2017 - Divers

En 2017, six nouveaux projets de recherche, dans lesquels les Archives de l'État s'insèrent, ont été sélectionnés par le SPP Politique scientifique fédérale, dans le cadre du programme BRAIN. Une bonne nouvelle en cette période de restriction budgétaire. La participation aux projets BRAIN est en effet l'une des rares possibilités pour les Archives de l'État d'obtenir des fonds supplémentaires pour le développement de ses activités scientifiques. Découvrez les six nouveaux projets approuvés.

Les Archives de l'État au Salon des Mandataires

Ces jeudi 16 et vendredi 17 février 2017, les Archives de l’État participaient au Salon des Mandataires à Marche-en-Famenne, le rendez-vous incontournable des pouvoirs locaux. 
Les Archives de l’État veillent à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine archivistique local. Dans le cadre du projet Archives locales de Wallonie, nos archivistes trient et classent les archives des communes et CPAS, aident le personnel à une meilleure gestion des flux documentaires, organisent le transfert des archives historiques aux Archives de l’État, etc.

Depuis ce 1er janvier 2017, de nouveaux horaires sont d’application dans les salles de lecture des Archives de l’État, sur base d’une approche différenciée en fonction des dépôts. Cette décision est due à un rétrécissement des budgets, à la baisse des effectifs et à des divergences entre certains besoins régionaux ou locaux. La réduction des horaires d’ouverture n’entraînera pas pour autant une diminution du service public. Les jours de la semaine où la salle de lecture est fermée les Archives de l’État restent à disposition (par téléphone ou e-mail) pour faire des recherches ou répondre à des questions et l’établissement continuera bien entendu à ouvrir les archives à la recherche, à les numériser, à organiser des événements, à alimenter le moteur de recherche http://search.arch.be, etc. Les visiteurs des salles de lecture qui n’auraient plus la possibilité de mener leurs recherches suite aux nouveaux horaires sont invités à prendre contact avec le chef de service du dépôt concerné.

21/12/2016 - Gestion d'archives

Ce 21 décembre 2016, un arrêté ministériel relatif aux locaux d'archives a été publié au Moniteur belge. Cet arrêté détaille les prescriptions techniques et normes auxquelles doivent satisfaire les locaux d’archives de certains services et établissements publics. Pour les Archives de l’État, la publication de cet arrêté ministériel marque un nouveau pas important vers un cadre réglementaire clair ayant pour objectif de stimuler les services publics à mener une politique archivistique rationnelle, visant à garantir une conservation durable des informations sociétales pertinentes.

25/11/2016 - Numérisation

En 1934, le gouvernement des Pays-Bas a transmis à notre pays quelques centaines de cartes et plans, essentiellement des plans de fortifications de villes ayant fait partie des Pays-Bas méridionaux. Outre depuis les ordinateurs de nos salles de lecture, ces cartes sont désormais consultables en ligne via le site Cartesius !

Avis aux visiteurs et partenaires des Archives de l'État

Les Archives de l'État sont conscientes du rôle essentiel qu'elles jouent en matière d'accès à l'information et aux documents d'archives. Depuis de nombreuses années, elles s'efforcent d'offrir un service de qualité à tous leurs usagers. Dans les prochains mois, les Archives de l’État seront toutefois contraintes d'adapter leur service au public suite à la réduction des budgets et de ses effectifs, mais aussi à l'évolution des besoins du public. Cette réorganisation sera préparée dans les prochaines semaines. Si plusieurs orientations restent encore ouvertes, il est néanmoins certain qu'elle aura un impact sur les horaires d’ouverture des salles de lecture. Nous vous informerons des décisions prises à ce sujet dès que possible.

04/10/2016 - Divers

Vous êtes-vous déjà demandé quelle est l'historique de votre maison ou de tout autre patrimoine immobilier privé ? Depuis septembre 2016, un nouvel ouvrage vous permet de découvrir les pistes à suivre parmi les nombreuses sources existantes, notamment aux Archives de l'État.

07/07/2016 - Numérisation - Divers
Découvrez en vidéo comment utiliser nos moteurs de recherche

Vous souhaitez des trucs et astuces pour retrouver plus facilement certaines archives ou des traces de vos ancêtres sur le site internet http://search.arch.be des Archives de l’État ? Découvrez dans notre vidéo comment vous inscrire et comment exploiter au mieux toutes les fonctionnalités de nos moteurs de recherche ! Ce 1er octobre 2016, les Archives de l'État organisent, par ailleurs, un atelier concernant les moteurs de recherche. Participation gratuite ! Infos et inscriptions avant ce 23 septembre 2016.

 Découvrir la vidéo

06/07/2016
Les archives pénitentiaires prêtes à livrer leurs secrets

Le dernier numéro de la revue Science Connection vient de paraître. Vous pourrez y lire en page 4 un article sur les archives de prison consultables aux Archives de l'État et découvrir l'actualité des 10 établissements scientifiques fédéraux. Les inventaires des archives des prisons de Charleroi, Mons, Verviers, Huy, Dinant, etc., sont notamment en vente à la boutique des Archives générales du Royaume.

 Télécharger gratuitement la revue

20/05/2016 - Numérisation

Ces dernières années, les Archives de l'État ont numérisé et mis en ligne plus de 27.000 registres paroissiaux ! Bonne nouvelle : depuis ce 19 mai 2016, 1.472 registres paroissiaux ont été ajoutés sur notre site internet, soit environ 500.000 pages ! Parmi les principaux ajouts figurent les registres paroissiaux de Bruges (803 registres numérisés), Malines (211 registres numérisés) et Ath (88 registres numérisés). Découvrez la liste complète !

Mille dossiers de procès du 16e au 18e siècle, se rapportant essentiellement à la province de Luxembourg, sont désormais inventoriés et ouverts à la recherche. Conservés aux Archives générales du Royaume, ils font partie des archives du Grand Conseil des Pays-Bas à Malines.

11/04/2016 - Numérisation

Les Archives générales du Royaume conservent 717 registres de statistiques démographiques sur la population belge entre les années 1841 et 1976. Au sein de ces registres, quelque 23.000 tableaux manuscrits contiennent des données démographiques détaillés de chaque commune belge. Source unique en Europe, ces registres ont été numérisés et sont dorénavant consultables en ligne ! Vous pouvez y découvrir le nombre de cas de choléra en 1890, le nombre de jumeaux nés en 1920,  l'âge des personnes mariées dans votre commune en 1936, étudier l’évolution de la migration vers le Canada dans les années 1930, etc.

25/02/2016 - Publications

Publié par les Archives générales du Royaume, ce dictionnaire mentionne quelques 3.600 paroisses et chapelles desservies par un prêtre en Belgique, au Grand-Duché de Luxembourg, aux Pays-Bas et en Allemagne à la fin de l’Ancien Régime.

03/12/2015 - Numérisation
Mise à jour des registres de l'état civil : un million de pages ajoutées !

Un million de pages viennent d’être ajoutées sur notre site http://search.arch.be. Des registres de l'état civil de toutes les provinces ont été mis en ligne, notamment des communes suivantes :
- Région de Bruxelles-Capitale : Bruxelles, Etterbeek, Schaerbeek, Watermael-Boisfort, etc.
- Wallonie : Ath, Froidmont, Neufvilles, Tubize, Liège, Cheratte, Ramelot, Namur, Landenne, Izier, etc.
- Flandre : Mechelen, Boutersem, Erembodegem, Hamme, Kemmel, Lochristi, Moelingen,Tollembe...ek, Waregem, Zelzate, etc.
Les erreurs signalées dans les fichiers ont été rectifiées. Quelques registres des années 1914 et 1915 ont été ajoutés. Bonnes recherches !

Ces dernières années, les Archives de l’État à Arlon ont acquis les archives antérieures à 1977 d’une majorité de communes luxembourgeoises. Plus de 20 inventaires ont d'ores et déjà été publiés. Les inventaires des archives communales de Chassepierre, Bonnert, Ebly, Mellier et Tintigny viennent de paraître en septembre et octobre 2015.

Une exposition exceptionnelle par la qualité et la quantité des pièces réunies s'est tenue à l'abbaye d'Orval du 5 septembre au 8 novembre 2015. Heureuse coïncidence, le fonds d'Orval conservé aux Archives de l'État à Arlon est désormais accessible au public grâce à un inventaire des archives de l’abbaye Notre-Dame d’Orval.

06/08/2015 - Publications

À l’histoire familiale succède fréquemment la généalogie immobilière. Ce domaine de recherche en vogue est pratiqué par les historiens du bâti, mais également par des amoureux de leur maison. Malgré les nombreuses sources en la matière présentes aux Archives de l’État, l’exercice requiert de la patience. Découvrez les pistes à suivre...

22/07/2015 - Numérisation

Les Archives de l'État conservent d'importantes collections de cartes et plans. Plus de 112.000 cartes et plans ont déjà été numérisés et plus de 77.500 d'entre eux sont consultables au sein des différentes salles numériques des Archives de l'État. Certains plans numérisés ont plus de 500 ans !

Conservées depuis plus de 150 ans aux Archives générales du Royaume, les archives du Grand Conseil des Pays-Bas à Malines se composent essentiellement de dossiers de procès. 500 d'entre eux viennent d'être inventoriés. Ils se rapportent au Luxembourg et couvrent les années 1589-1782. 

09/06/2015 - Inventoriage - Acquisitions

Près de 9 km d’archives du SPF Finances ont déjà été transférés vers les dépôts des Archives de l'État  ou éliminés dans le cadre du projet SATURN. Les premiers inventaires, dont quelques instruments de recherche relatifs aux bureaux des hypothèques, viennent d’être publiés. Découvrez sans tarder les archives hypothécaires ainsi que quelques conseils pour les consulter.

A la recherche d'un lieu pour votre blocus ?

Chaque mois de juin, ce sont les examens ! Vous êtes à la recherche d’un endroit calme pour étudier ? Rendez-vous dans l’une de nos salles de lecture à Bruxelles (rue de Ruysbroeck 2 et Quai Demets 7), Louvain-la-Neuve, Liège, Namur, Mons,  Arlon, Saint-Hubert ou en Flandre ! Pour 10 €/an, bénéficiez de tout le confort nécessaire et surtout d’une atmosphère studieuse, entouré(e) de chercheurs et généalogistes !

SATURN et MONETA : deux projets relatifs aux archives du SPF Finances

Le SPF Finances a déjà transféré vers les dépôts des Archives de l’État ou éliminé près de 9 km d'archives dans le cadre du projet SATURN. Les premiers inventaires, dont quelques instruments de recherche relatifs aux bureaux des hypothèques, viennent d’être publiés. Découvrez sans tarder les archives hypothécaires ainsi que quelques conseils pour les consulter. Un projet baptisé MONETA vient, par ailleurs, d’être lancé en avril 2015 afin d’offrir un aperçu général des archives des services centraux du SPF Finances.

Le développement croissant des services numériques des établissements d’archives a amené la communauté archivistique européenne à réunir les expériences et les expertises autour d’un projet pionnier : la mise sur pied d’un portail commun pour les archives. Les Archives de l’État participent à ce projet APEx et coordonnent par ailleurs les contributions belges en invitant les autres établissements belges d’archives à y participer.

En janvier 2015, les Archives de l’État ont conclu une convention avec le Service de l’Archéologie du Service public de Wallonie. Objectif : fournir des sources (d'Ancien Régime) et des expertises scientifiques pertinentes aux archéologues en charge des fouilles à Liernu, Chièvres, Dinant et Namur.

Ces dernières années, les Archives de l’État acquièrent de plus en plus d’archives paroissiales. Bien que ces acquisitions présentent des différences régionales considérables en volume et en fréquence, le phénomène se vérifie dans toute la Belgique. En concertation avec les diocèses et avec l’aide de nombreux bénévoles, les Archives de l’État cherchent des solutions de conservation à long terme. Le cas de l’évêché de Gand constitue un bel exemple.

19/02/2015 - Divers
Dossiers de procès et bibliographie de l'Histoire de Belgique

Les Archives de l’État conservent plusieurs centaines de mètres linéaires de dossiers de procès. Véritable mine d’informations, ces archives sont utiles tant en recherche qu'en généalogie ! Pour en savoir plus, découvrez notre article publié en pages 28-30 du magazine Science Connection. A lire également, l’article publié en pages 20-24 sur la bibliographie de l’Histoire de Belgique rédigée par les Archives de l’État.

Archives luxembourgeoises : les inventaires des communes d'Anlier et Noville viennent de paraître

Ces dernières années, les Archives de l’État à Arlon ont acquis les archives, antérieures à 1977, d’une majorité de communes luxembourgeoises. Publiés entre 2012 et 2015, les inventaires des archives des communes de Neufchâteau, Habay-la-Neuve, Meix-le-Tige, Ethe, Longvilly, Straimont, Bellefontaine, Tournay, Châtillon, Wardin, Gérouville, FontenoilleSaint-LégerBuzenol, Herbeumont, Chanternelle et plus récemment Anlier et Noville, sont téléchargeables gratuitement via le webshop et sont en vente sous forme papier aux Archives de l'État à Arlon, à la boutique des Archives générales du Royaume et via publicat@arch.be. Les archives sont consultables en salle de lecture, moyennant le respect de la législation sur la protection de la vie privée.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux biens privés ont subi des dommages, ce qui a donné lieu à des indemnisations. Les Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier conservent aujourd'hui environ 1 million de dossiers introduits, à l'époque, par les victimes de dommages mobiliers et immobiliers. Téléchargeables au format pdf, les inventaires des archives relatives à la série centrale de la province de Hainaut et à la série provinciale de la Province de Liège sont disponibles en version papier depuis début janvier 2015.

Afin de permettre au grand public de découvrir un aperçu alléchant du patrimoine archivistique qu’elles conservent sur la Guerre 14-18, les Archives de l’État viennent de lancer un nouveau site internet : http://14-18-wallonie.arch.be. Vous y découvrirez une grande variété de documents : lettres, affiches, photographies, procès-verbaux, etc.

04/03/2014 - Divers

En janvier 2014, les modalités de consultation des registres de la population et registres des étrangers ont été modifiées. Découvrez les diverses modifications.

En 2012, Les Archives de l’État ont publié un dossier contenant des conseils pratiques destinés aux personnes en charge des archives au sein des paroisses et fabriques d’église en Wallonie. Etablissements publics, les fabriques d’église sont soumises à la surveillance des Archives de l’État pour les documents qu’elles produisent et conservent. A l'inverse, les paroisses sont des organes privés dont les archives peuvent faire l’objet d’un don ou d’un dépôt aux Archives de l’État.

Ouvrage sur les sceaux de chartiers luxembourgeois

En novembre 2011 sortait officiellement l'ouvrage sur les sceaux de chartriers luxembourgeois, de René Laurent, ancien chef de section aux Archives générales du Royaume. La publication est en vente à la boutique des Archives générales du Royaume : René LAURENT, Sceaux de chartriers luxembourgeois (1079-1789), série Studia n°130, publ. n°5020, 2011, 250 p. et 300 illustrations, 30 € (+ frais d'envoi éventuels).

26/09/2009 - Acquisitions - Arlon

En octobre 2008, plusieurs lecteurs ont signalé, aux Archives de l'État à Arlon, qu'un registre de correspondance de l'Administration de l'Enregistrement et des Domaines de la Province du Luxembourg se trouvait en vente sur eBay.

En 2009, quatre registres de l’ancienne justice subalterne d’Anloy ont été retrouvés grâce à un internaute français. Ils avaient été mis en vente sur internet ! Ces registres, totalisant près de deux milles pages, couvrent pratiquement toute l'activité judiciaire de cette cour frontalière au XVIIIe siècle.

31/07/2009 - Acquisitions - Arlon

Le 14 juillet 2009, Félicien Calay signait une déclaration de don de l'ensemble des archives de son entreprise. Celle-ci réalisa notamment le Mémorial du Mardasson à Bastogne, le barrage de Nisramont, l'école communale de Houffalize ainsi que près de 80 ponts.

Le dépôt des Archives de l’État à Arlon est créé par arrêté royal du 15 novembre 1849. En 1980, les Archives de l’État déménagent dans un nouveau bâtiment situé à la sortie d’Arlon.

Au fil des siècles, le Luxembourg connaît diverses évolutions territoriales. Il est progressivement amputé d’une partie de son territoire en 1659 (suite au Traité des Pyrénées), en  1815 (suite au Congrès de Vienne) et en 1839 (suite au traité de Londres). En 1839, la partie wallonne et la région d'Arlon sont rattachées à la Belgique. Les archives font l'objet d'un partage entre les deux pays. Les documents intéressant les localités devenues belges sont transférés à Arlon.

Le dépôt des Archives de l’État à Arlon est créé par arrêté royal du 15 novembre 1849. Les archives rapatriées de Luxembourg sont placées dans les greniers du gouvernement provincial et dans ceux de la maison du gouverneur Steenhault à la rue de Luxembourg. En 1850, les collections belges sont rassemblées dans les combles du nouveau palais provincial.

En 1860 débutent les travaux de construction du dépôt de la place Léopold, qui sera abandonné en 1963.

Pendant la guerre de 1914-1918, les Archives de l’État parviennent à éviter le pillage des archives par les troupes allemandes. En 1985 toutefois, elles récupèrent en Bavière des documents subtilisés au dépôt d'Arlon par un militaire allemand.

En 1931-1932, le bâtiment situé à côté du palais provincial, et qui abrite les collections, est agrandi vers l'ouest. De nouvelles salles sont aménagées, vingt-quatre fenêtres sont ouvertes dans la façade.

En juin 1944, les circonstances imposent d'évacuer le dépôt. Les collections sont transférées au Fourneau David à Châtillon tandis que la bibliothèque est entreposée dans les greniers du musée archéologique. Le 15 novembre 1945, les Archives de l’État à Arlon se réinstallent dans leur ancien local. L'accroissement considérable des collections et de la fréquentation de la salle de lecture posent cependant très vite des problèmes de place.

En 1963, le gouverneur, qui souhaite récupérer le bâtiment, obtient l'évacuation du bâtiment que les archives occupent depuis 1860. Toutes les collections sont transférées dans l'ancien pensionnat des religieuses françaises à Guirsch tandis que la bibliothèque et la salle de lecture sont installées dans un ancien cabinet de dentiste à l'avenue de la Gare. Le provisoire va durer 17 ans.

En janvier 1980, les collections d'archives quittent Guirsch pour Schoppach, à la sortie d'Arlon. Au début du mois de mars, la maison d'Arlon et l'ancien couvent de Guirsch sont entièrement vides. La nouvelle salle de lecture ouvre ses portes au public le 7 mars 1980.

Désormais à l’étroit dans ses locaux, les Archives de l’État à Arlon disposeront bientôt d’une extension du bâtiment actuel, qui portera sa capacité d’accueil à plus de 30 km linéaires, offrira aux lecteurs un meilleur confort de travail. Le tout en réduisant leur consommation d’énergie.

Bibliographie

Hannick P., Archives de l'État à Arlon, dans : Les Archives de l'État en Belgique. Historique de l'institution et répertoire bio-bibliographique des archivistes, sous la dir. de H. Coppens et R. Laurent, Bruxelles, 1996, p.163-169. Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les provinces. Miscelanea archivistica. Studia, 150.

Le dépôt des Archives de l’État à Arlon conserve d’une part les archives des institutions provinciales de la province belge de Luxembourg, d’autre part celles des institutions régionales ou locales et des particuliers établis dans les anciens arrondissements judiciaires d’Arlon et de Neufchâteau (à l’exception du canton de Saint-Hubert).

Toutefois, cette règle générale connaît des exceptions pour les archives antérieures à 1830. Cette particularité qu’Arlon partage avec Hasselt, en Limbourg, résulte du destin singulier des provinces de Luxembourg et de Limbourg après la Révolution belge de septembre 1830. Dans ces deux provinces dépendant du Royaume des Pays-Bas entre 1814 et 1830, le chef-lieu est resté sous contrôle néerlandais, tandis qu’une grande partie des villes et villages étaient administrés par le Gouvernement belge. Dans ces deux provinces, le traité de Londres du 19 avril 1839, qui scelle la paix et la frontière entre le Royaume des Pays-Bas et la jeune Belgique, signifie également la perte d’une grande partie de leur territoire de 1814 et de leur ancien chef-lieu, les villes de Luxembourg et de Maestricht, où étaient conservées la plupart des archives provinciales avant la Révolution belge.

Le cas particulier des archives antérieures à 1830

Les archives antérieures à 1830 ont été réparties entre la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg, dont les limites ont été fixées par le traite de Londres du 19 avril 1839.  Ce fut le cas pour les archives du Conseil de Luxembourg, des États provinciaux, de la Commission des charges publiques, de l’Administration du département des Forêts, de l’Administration provinciale du Grand-Duché de Luxembourg, le Tribunal criminel du département des Forêts, la Direction du Cadastre du Luxembourg, la Direction de l’Enregistrement et des Domaines de Luxembourg ainsi que pour les archives d’institutions locales qui avaient un ressort à cheval sur la frontière de 1839.

Les principes de la répartition de 1839 sont relativement simples, mais leur application à des institutions précises a pu varier quelque peu. Ils reposent sur la pertinence, et non sur le principe de provenance qui veut que les archives constituées par une institution soient conservées comme un tout. Selon le principe de pertinence, c’est au contraire le lien existant, pour chaque dossier, chaque affaire, avec l’un ou l’autre des deux pays qui détermine quel pays hérite du dossier. Ont été remises à la Belgique les archives à portée locale ou régionale et exclusivement relatives à des localités belges provenant des institutions qui avaient un ressort provincial. Les dossiers généraux, non localisables, sont restés au Grand-Duché. Par exemple, la correspondance du préfet du Département des Forêts, les procès-verbaux des états provinciaux du Grand-Duché de Luxembourg et autres pièces dont le contenu concerne toute la province sont restés au Grand-Duché. Les rôles du Tribunal criminel du département des Forêts, dont le ressort couvrait l’ensemble du département, sont restés à Luxembourg, mais les dossiers des affaires concernant des Belges ont été remis à la Belgique.

Pour les institutions dont le ressort s’est trouvé à cheval sur la frontière de 1839, le partage a suivi les mêmes principes : si le siège de l’institution était en Belgique, les archives d’ordre général sont restées au pays où le siège se trouvait, les dossiers relatifs à des affaires clairement localisées d’un côté ou de l’autre de la frontière ont été répartis selon le même principe de pertinence  mais il était parfois impossible de séparer les documents : la Conservation des Hypothèques de Luxembourg avait pour ressort l’arrondissement de Luxembourg qui incluait le canton d’Arlon. Les registres hypothécaires sont constitués dans l’ordre chronologique d’entrée des actes à transcrire, sans distinction d’origine des vendeurs ou de situation des biens. Ils sont donc restés intégralement au Grand-Duché de Luxembourg tandis qu’en Belgique la Conservation des Hypothèques d’Arlon recommençait une nouvelle série de registres pour son ressort.

Pour les institutions ecclésiastiques et les institutions publiques locales d’Ancien Régime (notaires, justices, etc.), c’est le siège qui a déterminé la répartition. Les archives de l’abbaye d’Orval sont allées à la Belgique, celles de l’abbaye d’Echternach au Grand-Duché de Luxembourg mais on n’a pas réparti, sauf à de rares exceptions, les dossiers ou les registres concernant un village situé en Belgique ou au Grand-Duché de Luxembourg.

Actuellement, les archives attribuées au Grand-Duché suite au partage de 1839 sont conservées aux Archives nationales du Grand-Duché de Luxembourg, les archives attribuées à la Belgique se trouvent principalement aux Archives de l’État à Arlon et pour une part plus réduite aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Ces dernières ont été créés en 1962 pour accueillir les archives des institutions situées dans l’ancien arrondissement judiciaire de Marche-en-Famenne et dans le canton de Saint-Hubert (ancien arrondissement judiciaire de Neufchâteau). Cela signifie que le chercheur travaillant dans les archives des institutions provinciales et régionales d’Ancien Régime ou des institutions antérieures à 1830, et même dans une moindre mesure celles qui ont fonctionné entre 1830 et 1839, doit toujours penser à s’informer sur les documents présents à Arlon (ou à Saint-Hubert) et à Luxembourg.   

Le public peut consulter aux Archives de l'État à Arlon :

  • les archives publiques provinciales, régionales et locales d’Ancien Régime :
    • institutions centrales des anciennes provinces : Conseil de Luxembourg (1124-1795, partagées avec les Archives nationales à Luxembourg) ; États du Luxembourg et du comté de Chiny (partagées avec les Archives nationales à Luxembourg) ; Cour souveraine de Bouillon (1533-1794) ; Cadastre de 1766 et Commission de charges publiques (partagées avec les Archives nationales à Luxembourg).
    • institutions régionales : prévôtés, bailliages, châtellenies, grueries.
    • institutions locales : justices subalternes (XVe-XVIIIe siècle).
       
  • les archives des institutions publiques de l’époque contemporaine (depuis 1795) :
    • juridictions : Cour d'assises du Luxembourg, affaires relatives à la guerre de 1914-1918, 1919-1929 ; Tribunal criminel et civil du département des Forêts à Luxembourg (an IV - an VIII, partagées avec les Archives nationales à Luxembourg) ; Tribunal de police correctionnelle de Luxembourg (an IV - an VIII, partagées avec les Archives nationales à Luxembourg) ; Tribunal de Première instance et Parquet d’Arlon ; Tribunal de Première instance et Parquet de Neufchâteau ; Tribunaux de la Jeunesse d’Arlon et de Neufchâteau ; Registre de commerce de Neufchâteau ; Justices de paix et tribunaux de police d’Arlon, de Bastogne, d’Étalle, de Fauvillers, de Neufchâteau, de Virton, de Messancy, etc. ; tribunaux des dommages de guerre d’Arlon et de Neufchâteau, etc.
    • services publics décentralisés : Inspections des eaux et forêts de Bouillon, de Neufchâteau, d’Arlon, etc ; Chambre des métiers et négoces de la province de Luxembourg (1929-1985) ; Conservation des hypothèques d’Arlon et de Neufchâteau ; bureaux de l’Enregistrement d’Arlon, de Neuchâteau, de Messancy, de Bastogne, etc. ; Direction du cadastre du Luxembourg ; Inspection principale de l'enseignement primaire à Arlon, 1847-1966 ; Chambre de commerce d'Arlon (1860-1875) ; prison d'Arlon (1831-1953) et de Neufchâteau (1876-1935), etc. 
    • administrations provinciales et d'arrondissement : administration du département des Forêts (1795-1815, archives partagées avec les Archives nationales à Luxembourg) ; administration du Grand-Duché de Luxembourg (1814-1830, archives partagées avec les Archives nationales à Luxembourg)) ; administration de la province de Luxembourg (1830 à nos jours).
    • administrations locales : nombreuses archives de villes et communes, dont Arlon, Aubange, Bastogne, Bertrix, Étalle, Florenville, Habay-la-Neuve, Herbeumont, Léglise, Libramont, Neufchâteau, Messancy, Musson, Saint-Léger, Meix-devant-Virton, Paliseul, Tintigny (y compris les archives des communes avant fusion) ; centres publics d’aide sociale d’Arlon, de Neufchâteau, etc. ; fabriques d’église d’Arlon, Châtillon, Habay-la-Neuve, Rulles, Saint-Léger, etc.
       
  • les archives des institutions ecclésiastiques d’Ancien Régime : abbaye d’Orval, abbaye Notre-Dame de Clairefontaine, Carmes d’Arlon, prieuré des Croisiers à Virton, prieuré des Sépulcrines à Bouillon, prieurés jésuites de Muno et de Chiny, chapellenies, etc.
     
  • une centaine de fonds d’archives paroissiales, anciennes et contemporaines.  
     
  • les archives des notaires des anciens arrondissements judiciaires d’Arlon et de Neufchâteau, excepté le canton judiciaire de Saint-Hubert.
     
  • les archives de droit privé (450 fonds, XIVe-XXIe siècle) :
    • archives d’entreprises et d’associations : ardoisières Donner à Martelange, usine sidérurgique d’Athus, banque Berger à Arlon, Hôtel du Nord à Arlon, Comité provincial de la Croix-Rouge, Faïencerie d’Arlon, etc.
    • fonds de personnalités, de familles et châteaux : terres wallonnes des princes de Loewenstein et de Stolberg, seigneurie de Rachamps, famille Poncelet à Offagne (Neufchâteau), famille Geubel et Labeville, famille Lamotte-Lamouline à Bertrix, château de Losange, château de Guirsch, château de Sainte-Ode, château de Tavigny, château de My, archives Paul Reuter, archives Jean-Lucien Hollenfeltz, archives Maurice Brasseur, archives Joseph Michel, etc.
       
  • les sources généalogiques et héraldiques :
    • registres paroissiaux (XVIe siècle-1796) et registres d’état civil (1796-1910) sur microfilms et en ligne (années 1890-1910 en ligne).
      Vous pouvez également consulter dans notre salle de lecture les registres paroissiaux et registres d’état civil numérisés des autres provinces de Belgique.
    • registres de population des communes actuelles (y compris les registres des communes avant fusion) d’Arlon, Bastogne, Étalle, Florenville, Habay-la-Neuve, Herbeumont, Léglise, etc. 
       
  • les collections de cartes et plans.
     
  • une collection d’affiches (XIXe-XXe siècle).
     
  • les documents sigillographiques et iconographiques.
     
  • une bibliothèque scientifique et administrative ainsi que les collections d'imprimés et d'archives imprimées.

Instruments de recherche

Retrouvez nos instruments de recherche dans notre moteur de recherche et dans notre webshop.

Les publications sont en vente aux Archives de l'État à Arlon, à la boutique des Archives générales du Royaume ou via publicat@arch.be.

Accès direct aux inventaires

Archives publiques provinciales, régionales et locales d’Ancien Régime

Archives ecclésiastiques

Institutions publiques contemporaines

Notaires

Communes

Centres publics d’aide sociale

Archives privées

Paroisses

Chef de service : Michel Trigalet.

Archivistes : Delphine Lannoy (projet Communes), Vincent Pirlot.

Accueil, salle de lecture et gestion des magasins : Marie-Noëlle Berte, Stéphane Krier.

Entretien : Christelle Talbot.

Le dépôt des Archives de l’État à Arlon est situé à la sortie d'Arlon en direction de Virton, à environ 10 minutes à pied de la gare.

En train :
La gare d'Arlon se trouve sur la ligne Bruxelles-Luxembourg. Il existe également des trains directs depuis Libramont via Bertrix, etc.

A pied :
En sortant de la gare d'Arlon, prenez à gauche jusqu’à la Place des Fusillés. Ensuite, prenez la première à gauche (la rue Zénobe Gramme) jusqu’au rond-point où il faut tourner à droite (vers le Aldi et le Colruyt). Enfin, prenez la première rue à gauche, passez devant le parc à conteneurs et tourner à gauche. Le bâtiment des Archives de l’Etat se trouve en bas de la rue.

En bus :
La ligne 26 Sud du service urbain du TEC dessert le parc des Expositions (Maison de la culture).

En voiture :

  • En venant par l’autoroute E411, sortez à Arlon-Stockem. Prenez à gauche et continuer tout droit jusqu’à un feu tricolore. Au feu, tournez à droite puis prendre la première à droite, rue de l’Hydrion (passer devant un centre commercial et un centre sportif). Prenez ensuite la première à droite, tourner à nouveau à droite, parc des Expositions. Le bâtiment des Archives se trouve dans le bas de la rue.
  • En venant par la N4, entrer dans Arlon. Au rond-point, prenez la direction «centre» et suivre la rue de Bastogne jusqu’au square Astrid (passer le palais de justice, à main droite). Continuez tout droit, rue Léon Castilhon, entrer dans le rond-point et prendre la troisième sortie, rue Zénobe Gramme, jusqu’au carrefour où il faut à nouveau tourner à droite (vers le Aldi et le Colruyt). Enfin, descendez dans la première rue à gauche, passez devant le parc à conteneurs et tourner à gauche. Le bâtiment des Archives de l’État se trouve en bas de la rue.

Personnes à mobilité réduite :
Les Archives de l'État s'engagent à assurer l'accès de leurs salles de lecture et autres espaces communs à tous les utilisateurs. Plusieurs aménagements ont ainsi été réalisés ces dernières années pour favoriser l'accès des personnes à mobilité réduite (places de parking pour PMR, rampe d'accès, toilettes, etc.). Si vous avez des questions spécifiques relatives à l'accès aux Archives de l'État  à Arlon, contactez-nous par téléphone au 063 22 06 13 ou par e-mail.

Partager cette page :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement