Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

La valorisation des archives des cabinets ministériels

Texte petit  Texte normal  Texte grand
30/09/2019 - Recherche - Gestion d'archives - Archives générales du Royaume

Lors d’une après-midi d’étude tenue le mercredi 25 septembre 2019 aux Archives générales du Royaume, les résultats obtenus et les instruments développés dans le cadre du projet « Valorisation des archives des cabinets » ont été présentés officiellement. Le potentiel de recherche et les expériences pratiques concernant ces archives ont été discutés en profondeur. Le projet était une initiative d’Archiefbank Vlaanderen. Les Archives de l’État, un des partenaires du projet, ont accueilli l’événement.

Depuis quelques années, la valorisation des collections patrimoniales (c’est-à-dire une évaluation de la valeur culturelle et historique d’objets et de documents d’archives) figure en tête de l’agenda en Flandre. De plus en plus de collections muséales et d’archives sont soumises à des valorisations aux niveau macro et micro. Dans la foulée de cette tendance actuelle, Archiefbank Vlaanderen a lancé l’année dernière un projet pour le développement  d’un instrument de valorisation des archives des cabinets ministériels. Cinq établissements de conservation des archives de cabinets (ADVN, AMSAB-ISG, KADOC-KULeuven, Liberaal Archief/Liberas et les Archives de l’État) ont collaboré avec Archiefbank Vlaanderen pour mettre au point un projet pilote subsidié par l’autorité flamande.   

Les archives de cabinets sont une source importante pour des recherches historiques, politiques et administratives. En effet, les cabinets ministériels jouent un rôle de premier plan dans le système politique belge. En tant qu’organe d’appui, ils sont en charge de la réalisation de la politique des gouvernements fédéraux et des entités fédérées. Les archives de ces cabinets sont essentielles pour une bonne compréhension du processus décisionnel. Elles nous permettent de jeter un regard dans les coulisses. Ensemble, les cinq établissements susmentionnés conservent plus de 200 fonds d’archives de cabinets, soit 14 kilomètres linéaires. Bien que les archives des cabinets contiennent un trésor d’informations formelles et informelles, elles ne sont que très partiellement ouvertes à la recherche. Cette situation est due à leur volume, leur statut légal (aux niveaux fédéral et flamand, ces archives ont en effet un statut de droit privé), leur complexité et leur spécificité, ainsi qu’à l’absence d’une analyse approfondie et intégrale. En conséquence, le potentiel de recherche des archives des cabinets est insuffisamment connu et elles sont donc à peine exploitées. 

Pour remédier à cette situation, les partenaires du projet ont opté pour une approche globale et pragmatique. L’outil développé porte l’attention sur l’acquisition, l’évaluation, le tri, l’ouverture à la recherche et la valorisation des archives des cabinets ministériels. L’instrument est destiné à plusieurs profils d’utilisateurs. Il veut aider les archivistes ouvrant les archives à la recherche, les chercheurs (historiens, politicologues, experts de l’administration) et les collaborateurs en charge des archives dynamiques au sein des cabinets.    

L’instrument de travail est composé de quatre documents très conviviaux :  

  • Un  manuel théorique, reprenant les possibilités pour la recherche et un schéma de classement des archives des cabinets.
  • Trois outils pratiques:
    • un formulaire d’évaluation pour une valorisation « macro » des archives des cabinets
    • une liste de valorisation exhaustive pour une valorisation « micro » des séries et documents des  archives des cabinets
    • un tableau de tri sommaire, destiné en premier lieu aux producteurs d’archives.

L’instrument de travail est intégralement disponible sur le site internet d’Archiefbank Vlaanderen. Vous y trouverez aussi un rapport sur la recherche menée et un rapport final relatif au projet pilote. L’instrument de travail sera également mis à disposition via les sites internet des partenaires du projet. Les Archives de l’État sont par ailleurs en train d’étudier la possibilité de produire une version française du tableau de tri et sa diffusion au niveau fédéral.  

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement