Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

La Société archéologique de Namur restitue un manuscrit du 13e siècle aux Archives de l’État à Tournai

Texte petit  Texte normal  Texte grand
26/08/2019 - Acquisitions - Événements - Archives de l'État à Namur - Archives de l'État à Tournai

Ce 21 août 2019, la Société archéologique de Namur a restitué officiellement le rentier des pauvres de la paroisse Saint-Brice (Tournai) aux Archives de l’État à Tournai. Ce manuscrit, daté de 1288, était en sa possession depuis 1851 après avoir suivi un parcours dont les détails restent assez imprécis. Il contient les rentes foncières dues par les locataires de 198 maisons appartenant à la table des pauvres de l’église Saint-Brice. Son intérêt indéniable réside dans les informations sociologiques, généalogiques, urbanistiques et topographiques qu’il contient.

Tout a commencé… il y a 168 ans. Adolphe Sibret, citoyen namurois au-dessus de tout soupçon, érudit, écrivain aux talents multiples et homme public, va pourtant commettre de bonne foi un acte aux conséquences inattendues. Le 7 janvier 1851, il confie à la toute jeune Société archéologique de Namur (SAN), dont il est membre, quelques manuscrits anciens, dont un très rare « rentier des pauvres » en provenance des archives de la paroisse Saint-Brice, à Tournai. Comment est-il entré en possession de ces documents ? Nul ne le sait. Sans doute les a-t-il acquis d’un marchand ou d’un autre érudit qui lui-même en aurait pris possession lors de la dispersion des biens d’église dans la tourmente de la Révolution française… Le hic, c’est qu’au regard de la législation actuelle, toutes les archives d’organismes publics sont propriété de l’état et ne peuvent être détenues par des particuliers ni des organismes privés.

En simplifiant quelque peu, un « rentier des pauvres » est le document où la « table des pauvres » – en quelque sorte l’ancêtre de nos CPAS au 13e s. – enregistrait les revenus de ses biens fonciers. Il s’agissait donc d’une institution médiévale qui existait en principe dans chaque paroisse et dont les archives sont considérées aujourd’hui comme publiques. Elles appartiennent donc de droit à l’Etat et les détenir relève du recel, à tout le moins techniquement. C’est ce qu’Emmanuel Bodart, Chef de service aux Archives de l’État à Namur et membre de la SAN, a relevé lorsqu’on lui a appris que le manuscrit du « rentier des pauvres » avait été retrouvé dans la réserve précieuse de l’association. En effet, lors des déménagements qu’a connus la Société archéologique au fur-et-à-mesure que s’accroissaient ses collections, l’on perdit sa trace et c’est un chercheur de la Bibliothèque nationale de Luxembourg, en résidence à Namur, qui le redécouvrit il a quelques années. Les responsables de la SAN n’hésitèrent pas un instant à en proposer la restitution aux Archives de l’État. « En plaidant non-coupables » insiste en toute connaissance de cause Cédric Visart de Bocarmé, le président de la société savante. D’autant plus que ce document était devenu particulièrement précieux depuis la destruction des archives de la paroisse Saint-Brice pendant la seconde guerre mondiale. La Société archéologique de Namur, dont l’une des missions est de mener des recherches scientifiques – souvent de pointe – sur les richesses de notre patrimoine, connaît la valeur d’un tel document pour les historiens et les archéologues.

Bernard Desmaele, Chef de section aux Archives de l’État à Tournai, le confirme : « Pour l’historien que je suis, ce document est des plus intéressants à trois points de vue : la généalogie, l’urbanisme et la topographie. Même si entretemps l’on en a découvert un deuxième
exemplaire de manière tout à fait fortuite ». En remettant le manuscrit aux responsables des Archives de l’État, Cédric Visart a tenu à dépasser l’anecdote du fait. « Ce que nous souhaitons, en posant ce geste », a-t-il précisé, « c’est attirer l’attention du public sur l’importance essentielle de respecter les règles en vigueur en matière de conservation d’archives. Sans cette élémentaire mesure de précaution disparaîtront à jamais sans doute des témoins irremplaçables de notre histoire ».

L'expo

Le public tournaisien pourra découvrir le manuscrit du « rentier des pauvres » de Saint-Brice dans le cadre de l’exposition « Regards sur la pauvreté dans le Tournaisis au Moyen Âge et aux Temps Modernes (13e – 18e s.) » qui se tient aux Archives de l’État à Tournai du 22 août au 30 septembre 2019.

  • Info : 069/22.53.76 – archives.tournai@arch.be
  • Jours d’ouvertures : du mardi au jeudi , de 9h à 12h et de 13h à 16h.
  • Adresse : Rue des Augustins, 20 – 7500 Tournai

En savoir plus

Retrouvez les reportages télévisés sur la restitution de ce manuscrit sur :

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement