Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Fermeture définitive des Archives de l'État à Saint-Hubert le 1er mars 2019

Texte petit  Texte normal  Texte grand
04/02/2019 - Nos bâtiments et salles de lecture - Archives de l'État à Saint-Hubert

La fermeture des Archives de l'État à Saint-Hubert le premier mars prochain mettra un terme une présence plus que cinquantenaire des Archives de l'État dans la cité borquine. Retour sur le destin de ce dépôt d'archives.

Depuis leur création en 1849, les Archives de l'État à Arlon étaient installées dans les locaux de l'administration provinciale à Arlon. Mais à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Gouvernement provincial émet le souhait de récupérer pour son administration les locaux occupés par les Archives de l'État. En 1955, l'entrée en vigueur d'un nouvelle loi sur les archives imposant aux administrations de l'État, aux provinces et aux tribunaux le transfert de leurs archives de plus de 100 ans, crée un besoin impérieux d'espace de stockage et de conservation dans toute la Belgique. Le parc de bâtiments des Archives de l'État va se révéler très vite insuffisant.

L'archiviste général Etienne Sabbe obtient en 1960 la création d'un dépôt auxiliaire à Saint-Hubert. Son objectif est de délester divers dépôts d'archives du pays des trop-pleins causés par le changement de législation cinq ans plus tôt. À cette époque, le palais abbatial de Saint-Hubert est libre depuis le départ du pénitencier en 1956 et offre de très grands volumes. Un accord est alors signé avec le Centre culturel provincial du Luxembourg, une asbl intégrée par la suite à la Province de Luxembourg, en vue de promouvoir la vie culturelle dans le nord de la province. Entretemps, le transfert d'Arlon vers Saint-Hubert des archives concernant l'arrondissement de Marche et le canton de Saint-Hubert avait commencé et un agent des Archives veillait sur place sur les collections.

A Arlon, le gouverneur obtient en 1963 l'évacuation des locaux occupés par les Archives de l'État dans un bâtiment annexe du Palais provincial vers un nouveau lieu de stockage, un ancien pensionnat situé à Guirsch, à quelques kilomètres au sud-est d'Arlon. La salle de lecture est, quant à elle, transférée dans un ancien cabinet de dentiste situé près de la gare d'Arlon. Cette situation malheureuse perdure jusqu'en mars 1980, date à laquelle le bâtiment actuel des Archives de l'État à Arlon, construit par la Régie des bâtiments, ouvre ses portes au public, après 3 mois de déménagement. Les concepteurs du bâtiment actuellement occupé par les Archives de l’État à Arlon ont alors prévu l'éventualité d'une extension. À chaque étage, un emplacement a en effet été réservé pour le couloir de communication avec l'extension future. Le terrain est suffisamment grand pour tripler la surface au sol.

Ouvert au public depuis 1962, le dépôt de Saint-Hubert a servi à la fois de dépôt de délestage pour toute la Belgique, et de dépôt pour l'arrondissement de Marche et le canton de Saint-Hubert. Comme il était arrivé à la limite de ses capacités à la fin des années 1980, ses responsables successifs ont ensuite recherché et trouvé des solutions pour son extension, malheureusement entravée par la nature patrimoniale exceptionnelle du bâtiment et par la difficulté de l'adapter aux exigences logistiques actuelles. Au début du XXIe siècle, toutes les provinces ont, par ailleurs, progressivement été dotées de bâtiments capables d’héberger les fonds qui se trouvaient à Saint-Hubert.

À la fin de l'année 2012, le projet d'extension du bâtiment d'Arlon est lancé. Le chantier débute quelques années plus tard. Le maître d'oeuvre est la Régie des bâtiments. L'entreprise générale désignée est la société Franki.

Offrir un meilleur service au public et optimiser les moyens budgétaires rendait difficile le maintien de deux services dans la province de Luxembourg, entraînant une division du personnel sur deux sites, sans parler des coûts d'exploitation des bâtiments, en particulier sur le plan énergétique, qui restaient très élevés par rapport à la capacité de stockage. La nouvelle aile d'Arlon sera munie de panneaux photovoltaïques et d'un système de chauffage et de ventilation exploitant la géothermie tandis que l'aile ancienne sera entièrement désamiantée et isolée. Les locaux occupés par les Archives de l’État dans le palais abbatial seront définitivement vidés cette année et remis à la Régie des bâtiments.

A lire également

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement